Jeudi 10 novembre 2016 a eu lieu notre dernière distribution de produits bios et fermiers aux membre de l'AMAP les Butineurs. C'était notre 289ième distribution...

Difficile de mettre un terme à 5 ans de partenariat mais, malgré bien des sacrifices pour nos ressources, tant financières qu'humaines, nous n'avons jamais réussi à insuffler l'esprit militant nécessaire au développement d'une prise de conscience citoyenne.

Et je ne parle même pas de notre combat personnel contre le réchauffement climatique - qui semble être une catastrophe hors de portée de la perception humaine - mais simplement d'une vision sociétale privilégiant la paysannerie à l'industrialisation capitaliste.

5 ans à avoir défendu la vision de l'AMAP face au banal groupe d'achats pour ne déboucher que sur de simples contrats commerciaux : le goût de l'échec est amer mais il doit être accepté. Heureusement, nous garderons de solides liens avec quelques familles partisanes...

Mais, comme nous l'avons toujours dit et répété (lire l'article du 8 novembre 2010 : Partager), nous n'avons pas changé de vies pour le plaisir de cultiver des légumes. La ferme et l'agriculture biologique ne sont que des outils pour nous préparer au réchauffement climatique. Et si la société civile n'est pas réceptive à cette démarche, nous nous recentrerons sur des activités que nous pouvons mener seuls.

Et elles ne manquent pas :) !

Nous devons encore apprendre à gérer nos semences, à conserver et transformer nos légumes, à développer une pharmacopée fermière digne de ce nom. Nous devons aussi continuer à développer l'utilisation de l'énergie issue de la biomasse. Pour l'heure, nous ne maîtrisons que notre chauffage mais nous avons des projets sur le biocarburant et sur le biogaz.

Mais l'écologie n'est pas tout et nous souhaitons aussi profiter du formidable potentiel de la ferme pour reprendre notre accueil social.

Cette fois, l'idée n'est plus simplement de parrainer un jeune hollandais à la dérive, même si nous restons en étroite relation avec l'association Clé de voûte, mais de nous professionnaliser en nous labellisant Accueil social paysan.

En plus d'un hébergement qui devra permettre la prise d'autonomie, nous utiliserons le lien à la terre et au vivant comme support éducatif pour accueillir ces personnes dans un espace-temps différent, dans l'espoir de les aider à reprendre pied...

Ne pas avoir réussi à initier un mouvement citoyen ne doit pas nous détourner d'assister notre prochain :)