Si nos inquiétudes écologiques face à l'avenir nous ont amené à relevé le défi de la reconversion, ce n'est certainement pas dans l'optique de nous couper du monde à la recherche d'une illusoire protection: les périls sont planétaires et les combattre est l'affaire de tous.

C'est pourquoi nous tenons à consacrer le plus de temps possible à propager nos préoccupations, même si nous savons d'expérience que la tâche n'est pas facile, les mauvaises nouvelles n'étant jamais très appréciées...

Le premier axe de notre démarche consiste à participer à des évènements en relation avec notre projet, comme la foire nature du centre EDEN ou la promotion des circuits courts à la foire de Chalon. Dans le même ordre d'idée, nous avons répondu à l'appel du service "santé publique" de la ville de Chalon sur Saône pour tenir un stand lors du festival des soupes et nous avons accepté la visite de notre ferme par une petite école au printemps prochain, dans le cadre de la promotion de l'agriculture par le lycée agricole de Fontaine.

Ces actions nous permettent de côtoyer un public différent de celui que nous croisons sur les marchés et complète notre vision des préoccupations de chacun. Il va de soi que les échanges sont restreins quand il y a une action de vente - même si notre faible clientèle nous laisse encore le temps de dialoguer :-) - et qu'il faut être en situation d'information si l'on souhaite aller plus loin, comme lors de la foire nature, où une personne m'a remis quelques graines d'une ancienne variété de blé pour que je la perpétue (j'essaye de participer à la sauvegarde d'anciennes variétés)...

Le deuxième axe concerne les AMAP, ces groupements de citoyens qui souhaitent soutenir le développement d'une agriculture fermière. Peut-on imaginer meilleur partenaire pour développer la prise de conscience environnementale ?

Malheureusement, malgré nos différentes tentatives, nous n'avons pas réussi à établir de contact constructif avec eux. Du coup, comme un certain nombre de nos clients se disent partant pour se genre d'association, nous avons décidé de profiter de notre position centrale pour fédérer tout ce petit monde et créer une nouvelle AMAP.


Nathalie Bosansky - Fotolia.com

D'où le message suivant que nous avons envoyé le 2 novembre dernier aux différentes personnes intéressées :

Bonjour,

Comme vous le savez certainement, la démarche qui sous-tend le projet Butine est militante. Si nous avons décidé d'embarquer notre famille dans cette reconversion, ce n'est pas pour le plaisir de nous éreinter à gratter la terre, mais pour participer à la construction d'une société supportable par notre planète.

La tâche est immense et concerne tous les secteurs de notre civilisation, à commencer par celui de la consommation. C'est pourquoi, parallèlement au développement de notre exploitation, nous souhaitons tisser des liens privilégiés avec des citoyens soucieux de préserver notre environnement.

À notre niveau, l'approche la plus efficace consiste à travailler à la mise en place d'une AMAP (voir définition ci-dessous) puisque cela devrait nous permettre de toucher l'éventail le plus large possible de personnes. Naturellement, l'idée n'est pas de transformer tous les adhérents en Butineurs, mais de profiter des échanges liés à la vie de l'association pour faire progresser les réflexions de chacun.

Dans la pratique, voilà comment nous envisageons les choses :

Étape 1 : prologue

Pour nous permettre d'organiser au mieux cette mise en place (urgence, nombre de réunions, taille des lieux de réunion, etc.), merci de nous retourner ce message en nous indiquant :

  1. si vous êtes intéressé uniquement par une livraison de panier bio, uniquement par la démarche environnementale, ou par les deux,
  2. le nombre de personnes souhaitant assister aux réunions préparatoires,
  3. vos disponibilités (soirs, week-end, soirs de week-end),
  4. tout commentaire à votre gré.

Nous avons contacté la mairie de Chalon sur Saône pour obtenir une salle mais si quelqu'un à la possibilité de nous proposer un local, nous sommes preneurs.

Étape 2 : organisation des réunions

Une fois qu'un lieu et un horaire convenant au plus grand nombre auront été arrêtés, nous pourrons planifier la première réunion.

À l'heure où j'écris ce message, je ne connais encore pas le nombre de réunions préparatoires nécessaires à la mise en place de l'AMAP, mais il faut prévoir :

  1. une réunion de présentation (la ferme Butine, le fonctionnement d'une AMAP, les spécificités de celle qui est en cours de création, les questions-réponses),
  2. une à plusieurs réunions pour définir le fonctionnement de l'AMAP (types de paniers et prix, contenu, durée et période de l'abonnement, lieu et jour de livraison, organisation interne de l'AMAP, etc.),
  3. une visite de la ferme Butine.

Étape 3 : création de l'AMAP

Dépôt des statuts, élection du conseil d'administration, collecte des adhésions, signature des contrats entre les adhérents et le producteur, etc.

Étape 4 : partenariat saisonnier

En fonction des directives définies lors de l'étape 2, la production et la consommation de produits bio, locaux et de saisons débuteront. Ce qui donnera, nous l'espérons, matière à l'organisation d'échanges plus humains.

----------

Les AMAP (Associations pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) ne doivent pas se confondre avec des livraisons de paniers. Contrairement à ces dernières, où la relation se borne à un échange commercial (le vendeur prépare et réserve un ensemble de produits que le client s'engage à acheter), les membres de l'association et le producteur nouent des liens de partenariat en signant un contrat sur lequel ils se sont mis d'accord, et qui défini le plan de culture, les méthodes culturales, ainsi que les engagements de chacun.