Butine - Le Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, 28 mars 2018

Activité d'hiver

mise à jour mars 2018:

DSCF0030.JPG

cliquer sur l'image pour voir l'animation

vanneriegif.gif


page.jpg



lundi, 27 mars 2017

Contrôle

Le juge commissaire J.K. ordonne la désignation de Mme Meyer aux fonctions de contrôleur.

Qu'est-ce qu'un contrôleur?

http://www.greffe-tc-lyon.fr
Le contrôleur est un gage de la transparence des procédures. En effet, c’est un auxiliaire appelé à y intervenir, sans être pour autant un professionnel de la procédure collective.
Le contrôleur  est un créancier nommé par le juge commissaire pour l’assister dans sa mission de surveillance de l’administration de l’entreprise et pour assister le représentant des créanciers dans ses fonctions.

Extrait de parabellum.pro:

"Il a pour mission d’assister le représentant des créanciers ainsi que le juge commissaire mais aussi de défendre l’intérêt collectif des créanciers. Tout créancier peut se faire nommer contrôleur, à sa demande.

Le contrôleur a des pouvoirs importants : 

  • possibilité de demander la clôture de la période d’observation ou le remplacement d’un des organes de la procédure ;
  • droit d’obtenir la copie de documents relatifs à la situation de l’entreprise ;
  • droit de consultation sur les principales décisions ayant un impact direct sur le sort du débiteur (prolongation de la période d’observation, cession de l’entreprise).
 Le Code de commerce l’autorise aussi à engager un certain nombre d’actions en justice.
 
Il peut d’abord mener toute action utile à l’intérêt collectif des créanciers, en cas de carence caractérisée du mandataire judiciaire. L’article L 622-20 du Code précise que cette action peut être engagée par « tout créancier nommé contrôleur », y compris donc un créancier agissant seul.
 
Il lui est possible, ensuite, d’engager des actions visant à faire sanctionner le débiteur (condamnation au paiement des dettes sociales, demande de prononcé d’une mesure de faillite personnelle, constitution de partie civile en vue de poursuites pour banqueroute). Ces actions étant d’une certaine gravité, le Code de commerce les soumet à une condition de majorité simple, ce qui impose qu’au moins deux contrôleurs aient été nommés. A défaut, si la procédure ne compte qu’un seul contrôleur, son action est irrecevable, comme le rappelle l’arrêt de la Cour d’appel d’Angers.
 
La fonction de contrôleur permet donc de disposer de pouvoirs importants. Pour renforcer un peu plus ces droits, le contrôleur a aussi tout intérêt à se grouper avec un autre créancier, nommé lui aussi contrôleur, pour disposer de la majorité lui permettant d’intenter l’intégralité des actions à sa disposition.


Rédigé par Gersende Cénac le Lundi 21 Octobre 2013

jeudi, 16 octobre 2014

voor Linda ;)

boerenkool met aardappelenSans_titre.png

Pommes de terres cuites en cocotte et choux frisé (à la mode sous le nom de kale), c'est bien bon!

dimanche, 20 mai 2012

Entracte

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'année ne se déroule pas comme nous l'avions imaginée. Après 3 ans de travail acharné, sans un seul jour de repos, nous pensions avoir fait le plus difficile et nous abordions 2012 comme une année de consolidation.

La maison d'habitation expose encore fièrement des gaines, des trous et autres fissures, voir quelques tags de ses anciens squats, mais elle est isolée et chauffée, et possède l'eau et l'électricité. En un mot, même s'il faut avoir l'habitude de se faufiler au travers de tout ce qui l'encombre, elle est habitable.

Au niveau de l'exploitation, c'est nettement moins avancé, mais comme il faudra bien une vingtaine d'années de labeur avant d'en voir le bout, il faut relativiser. L'objectif de l'année consistait à stabiliser nos ateliers actuels, à savoir maraîchage et caprin, pour commencer à travailler un peu plus sereinement : on ne peut pas tenir un marathon sur le rythme d'un 100 mètres.

Comme nous n'avons pas les moyens de nous mécaniser, nous ne pouvons gagner du temps que sur la vente. Nous avions donc tout naturellement proposé à notre partenaire, l'AMAP les butineurs, de s'agrandir pour nous permettre d'éviter de continuer à faire des marchés.

Car il faut savoir qu'un marché, en plus d'être nettement plus aléatoire (à cause de la météo ou des vacances), est très contraignant en temps.

En effet, quand vous débutez (et cela dure une bonne année), vous n'avez pas de place attribuée, ce qui vous oblige à venir de bonne heure (la plupart du temps, aux environs de 7h30). Si vous ajoutez le trajet, plus le chargement du véhicule, plus la traite des chèvres et la gestion du lait, vous avez des journées qui commencent à 4h du matin et qui vous bloquent jusqu'à 12h30-13h. Ensuite, retour chez soi, déballage et repas avant d’enchaîner sur le reste des travaux qui se terminent, en période estivale, par l'arrosage des légumes "à la fraîche", à partir de 21h, heure du repas des moustiques.

Nos ambitions étaient modestes, puisque nous souhaitions passer d'une quinzaine de familles à une trentaine. Nous avions limité les places la première année, une AMAP voisine se restructurait et la ville de Chalon est réputée pour son militantisme au niveau du développement durable et de la consommation locale.

Nous avons donc attaqué les travaux d'hiver avec des bouffées d'espoir ! Mais l'hiver a été rude.

C'est l'administration qui a ouvert le bal en remettant en cause les aides que nous avons perçu. Ensuite, c'est le mois de février, avec sa longue période de gel, qui a réduit à néant nos plantations d'automne.

Alors que notre moral faisait le yo-yo, il nous a fallut attaquer des semis d'urgence mais l'année ne s'y prête pas : le temps est pluvieux et froid, et rien ne pousse facilement.

Par contre, nos différentes interventions nous ont permis de faire le point avec l'administration : si nous démontrons que notre ferme peut être rentable en 2014, nous n'aurons pas à rembourser les subventions.

Malheureusement, les consom'acteurs sont introuvables. Malgré le bouche à oreille des membres de l'association, nos courriers aux comités d'entreprise, aux collèges et lycées, nos distributions de prospectus (plus de 600 tracts dans les quartiers avoisinant le lieux de distribution), les demandes ne progressent pas. Du coup, nous devons trouver de nouveaux débouchés en urgence, d'où notre retour sur les marchés et notre participation à des événements du type "Mercredi de Cluny" ou "Les franco-gourmandes" à Tournus.

Mais tout cela prend du temps. Encore plus de temps que l'an dernier...

Et comme la météo continue d'être capricieuse, nous obligeant à redoubler d'efforts pour produire 2 fois moins - comme pour les foins dont la moitié va rester à pourrir dans le pré alors que nous en sommes réduit à essayer de faire sécher le reste dans nos bâtiments - nous finissons par oublier l'essentiel : notre famille.

C'est pourquoi nous avons pris la décision de suspendre nos distributions de légumes pour la semaine à venir, le temps de faire le point sur les chèques de cantine non envoyés, les dossiers d'orientation non réalisés, les déménagements non faits, les assurances habitation non souscrites, etc.

Accessoirement, nous allons aussi faire le point avec notre comptable sur l'état financier de la ferme (voir, éventuellement, rédiger notre déclaration de revenus). Incidemment, si nous arrivons à clarifier tout ça, nous devrions pouvoir débattre de notre avenir avec nos partenaires professionnels que sont la Chambre d'Agriculture et la Direction Départementale des Territoires...

jeudi, 28 juillet 2011

Naissance

Pas de nouvelle mise bas, non!!

Mais juste nos félicitations à la famille désormais plus que grande de ma petite sœur.

Bisous, bécots et poutous  aux trois filles et bienvenue à Gwenlann.

vendredi, 31 décembre 2010

nouvelle année

mardi, 17 août 2010

JSL

On parle de nous dans le journal de Saône et Loire.

L'article nous plait bien, le journaliste qui s'est intéressé à notre cas a traduit assez fidèlement notre échange.


mardi, 4 mai 2010

Oua Terre

Qu'on les appelle toilettes à compost, toilettes à litière (sèche) ou TLB (Toilettes à Litière Biomaîtrisée), les oua terres sont simplement des toilettes qui n'utilisent pas d'eau (water).

Nous avions déjà des toilettes sèches avant, mais dehors, pour la belle saison. Nous les avons installées ici pour dépanner au début.

Puisque toute la plomberie était à faire, nous aurions pu installer un système de réservoir d'eau de pluie ou de puits pour ne pas gâcher l'eau potable dans les toilettes (une cuvette de toilettes c’est entre 6, 9 et 12 litres à chaque besoin).

Mais, en plus de ne pas gaspiller de l'eau, l'utilisation d'une litière de copeaux et/ou sciure permet d'obtenir un rapport Carbone / Azote favorable au compostage et à la décomposition rapide des matières. Donc, engrais naturel. Selon la maxime attribuée ( plus ou moins à tord, mais c'est une autre histoire) à Lavoisier "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme"...

Ainsi, nous voici en train d'installer des toilettes sèches à la maison. J'avoue ne pas être trop pour au début! Peur des odeurs (il n'y en avait pas dehors, mais c'était dehors justement) . Peur des réactions des visiteurs et devoir expliquer comment ça marche. Et vider le seau, surtout en hiver, bof. Pour les enfants, ce n'est pas facile à assumer , mais finalement, quand les copines viennent à la maison, c'est surtout l'absence de porte qui met mal à l'aise. Désormais, le problème est réglé.  

Subtilité quand nous avons fait les toilettes définitives:

- éviter la sciure sur la lunette: chose assez courante quand on a la flemme de relever la lunette :/

- interdire l'accès de la sciure aux chats qui adore l'utiliser comme litière!

- choix d'un éclairage bas pour limiter la vue sur l’intérieur du seau.

- faire du petit coin un endroit attrayant plutôt que rébarbatif.

Fermé: pas d'accès à la sciure.

Il faut soulever la première planche pour avoir accès à la sciure: même s'il y a des maladroits, c'est vite réparé.

Derrière les portes, le seau et la réserve de sciure.

Conclusion à l'usage: pas d'odeur si utilisation de sciure suffisante. Rien a dire pour l'hygiène: je nettoie comme avant.

Reste à disposer une affiche explicative et encore un peu de déco.

Affiche oua terre du site éco-bio: http://www.eco-bio.info/ouaterre.html

mardi, 27 avril 2010

Petits bonheurs familiaux

Un des préalables à notre installation, début septembre 2009, concernait l'installation de nouvelles huisseries pour mettre "hors eau et hors air" notre nouvelle maison d'habitation. Celle-ci a donc été fermé à la mi-août, grâce au travail du menuisier du village, qui avait gentiment accepté de chambouler son planning pour traiter notre demande en urgence.

Le minimum étant fait, nous avons vécu de nombreux mois avec des portes intérieures bricolées (du carton remplaçait les vitres des portes des chambres) ou inexistantes, comme dans le cas des toilettes et de la salle de bains. La maitresse de maison avait bien installé des rideaux opaques, mais l'intimité était toute relative, ce qui indisposait nos enfants quand ils souhaitaient inviter des camarades (surtout que nos wc n'utilise pas d'eau, comme vous l'expliquera prochainement Laurence).

Ayant pris sagement notre place dans la file d'attente, cette fois, c'est début mars que les premières portes intérieures ont été installées, ce qui a permit à nos enfants de pouvoir enfin s'isoler dans leur chambre. Mais il aura fallut attendre la fin de la semaine dernière, soit la mi-avril 2010, pour que les portes des pièces communes (cuisine, SdB, wc), qui avaient la mauvaise idées de ne pas être standard, fassent leur apparition !

Et même si l'intérieur de notre maison est loin d'être terminé, puisque certaines parties n'ont encore pas d'électricité, cela apporte un confort indéniable et une belle touche de finition.

Un bonheur n'arrivant jamais seul, dans la même semaine, notre progéniture a eu aussi le plaisir de découvrir les joies des travaux agricoles en participant à la plantation des pommes de terre : 250 kg de tubercules à trainer et à placer dans des sillons de 200 mètres de long, en plein soleil.

Ne pouvant pas réserver les 3/4 de notre surface maraichère à la culture des pommes de terre (notre surface potagère fait environ 40 ares - 4000m² - et, au total, nous avons planté une trentaine d'ares de patates), ces travaux se sont déroulés sur une parcelle "grande culture", à quelques centaines de mètres de chez nous. Et comme toute notre petite famille était de sortie et que nous possédons quelques friches à proximité, nous avions embarqué notre troupeau caprin dans le Boxer pour l'installer à nos côtés, ce qui lui a permit de profiter de la fraicheur des arbres et de la saveur des jeunes pousses.

Instants de vie particuliers que l'on peut qualifier de différentes façons en fonction de l'état d'esprit du moment mais qui, je l'espère, laisseront des souvenirs heureux. Que nous pourront compléter lors de la récolte ;-D !

dimanche, 27 décembre 2009

Le retour de Marius

Enfin un petit mot sur notre âne préféré: Marius. Nous l'avons accueilli chez nous en 2005, il avait 5 ans. (Pour voir le début de l'histoire: Livre de Marius)

Marius est un âne très doux, craintif devant l'inconnu, mais il nous a accordé sa confiance. Il aime "travailler". Nous avons acheté une petite selle, puis un harnais, un collier. En décembre 2005, il a porté pour la première fois

sortie essai

Le dernier trimestre 2008 et le début d' année 2009 ayant été particulièrement occupés nous n'avions plus beaucoup de temps à lui consacrer. Nous l'avons confié à un ami qui avait déjà deux ânes afin qu'il ne déprime pas, tout seul dans son pré.

Nous ne savions pas encore à ce moment, quand nous le reprendrions. Et puis, il y a eu l'acquisition de la ferme. Nous n'avons pas encore beaucoup de place, mais nous sommes allés le chercher. Il a été absent 9 mois, mais il nous a reconnu.

Il voit les chèvres, mais je n'ai pas encore osé les mettre dans le même enclos, je crains la rencontre avec le bouc. Mais ça devrait se faire tout de même.

vendredi, 18 décembre 2009

La neige arrive !

13°C dans la cuisine/pièce à vivre/atelier ce matin. Si le froid se maintient (-7°C sous abris prévu pour dimanche), nous allons devoir organiser un rechargement du poêle en cours de nuit...

Le petit plus de la nuit dernière, c'est le beau manteau blanc qui recouvre toute la ferme. Du coup, pas de ramassage scolaire pour les 2 filles, qui sont quelque peu désappointées de ne pas pouvoir profiter de la dernière journée d'école : la distribution des petits cadeaux prévue devra donc attendre la nouvelle année...

Pour le garçon, la fin d'année a été encore plus précoce. Il faudra prévoir de rattraper les absences, mais cela est bien peu de chose comparé à l'évolution de son mental. Nous savons d'expérience que nous ne sommes qu'au début de la normalisation et que celle-ci sera longue et difficile, mais depuis qu'il a accepté son état, nous voyons enfin les choses bouger...

La neige limitant nos sorties au stricte minimum (nourrir les animaux, s'alimenter en bois), le manque d'espace intérieur m'oblige ;-D à renouer avec mon ordinateur. Du coup, j'espère avoir l'occasion d'alimenter quelque peu ce blog. Sauf si nous décidons d'aller façonner toute cette neige, en piste de luge, en bonhomme de neige, voir en igloo !

mercredi, 18 novembre 2009

C'est une page qui se tourne...

C'est la phrase que j'ai entendue à plusieurs reprises la semaine dernière..

Nous avons signé la vente de notre maison et les nouveaux propriétaires ont reçu les clés. Pour nous la page est tournée. Fini les trajets en Côte d'Or....nous voici définitivement installés dans notre nouvelle maison. Bon, c'était déjà le cas depuis la rentrée scolaire, mais maintenant, je prends conscience plus vivement du virage que nous avons pris.

Tant de souvenirs restent là-bas ! Tant de souvenirs à se créer ici!

cliquer pour voir l'image

fond_d__ecran.JPG

vendredi, 2 octobre 2009

Je hais cette maison !

" Je hais cette maison ! " est une exclamation qu'il nous est arrivé de lancer, Laurence et moi, quand l'énervement nous gagnait et que nous voulions exprimer ainsi l'invraisemblance de la situation.

Car on a beau être doué de raison et savoir que nous construisons au mieux notre futur, il arrive toujours un moment où les émotions prennent le dessus. C'est vrai, quoi ! Qu'est-ce que nous faisons ici dans cette maison trop petite, sans confort ni intimité, dans laquelle se mélange allègrement le nécessaire à la vie quotidienne des 5 membres de notre famille, nos dossiers administratifs et autres factures, les affaires scolaires des enfants sorties pour les devoirs et les multiples outils de maçon, d'électricien et de plombier indispensables à nos travaux en cours ?

Alors que nous étions si bien dans notre ancienne propriété, transformée de fond en comble par nos soins - pendant une bonne quinzaine d'années - pour en faire un refuge familiale, nous voilà en train de tourner en rond à la recherche du bon tournevis ou du dernier courrier égaré, de pester contre ce plâtre qui sèche trop vite et cet Internet qui est trop lent, de prier pour qu'aucune fuite n'apparaisse une fois la mise en eau effectuée…

Pourtant, nous devons aussi prendre le temps d'abattre les arbres qui n'ont pas été broyés lors du débroussaillage, d'atteler le tracteur pour essayer de nettoyer la terre qui devra recevoir nos futurs légumes, de continuer à chercher le matériel nécessaire à nos prochaines productions et de préparer le vidage complet de notre ancienne propriété !

Du coup, il est vrai, quand la nuit n'a pas été assez réparatrice, que le temps passe et que les travaux n'avancent pas, que nous essayons de retrouver un peu d'équilibre mental et physique en criant : " je hais cette maison ! ".

lundi, 7 septembre 2009

C'est parti !

Je n'arrive décidément pas à écrire aussi souvent que je le souhaiterai! Aujourd'hui, je décide de mettre au moins quelques photos pour accompagner les textes de Thierry: et vlan! le cordon nécessaire pour raccorder l'appareil à l'ordi est resté dans notre "ancienne" maison. Me voilà coincée pour 5 jours!

Nous passons la semaine à la ferme et vendredi soir nous retrouverons notre grand. Au programme: finir l'installation du cumulus et la plomberie pour pouvoir prendre une douche, lessiver du sol au plafond la dernière chambre, boucher les trous et la rendre agréable avant l'installation de notre ainé.

Je m'inquiète un peu du temps qui fraichi beaucoup ces temps-ci. Il faudra bientôt installer le poêle.



Ce soir, arrivée des premiers outils de travail. Un collègue maraicher nous rend un immense service en ayant trouvé pour nous, tracteur, cultirateau, piocheuse, pulvérisateur, canadien, covercrop, pailleuse. En plus, comme il a le permis nécessaire, c'est lui qui va conduire le boxer avec la remorque! ce soir, je prends des photos du débarquement !

livraison_blog.jpg

Nous commençons à nous sentir de "vrais" agriculteurs. Tout en continuant à améliorer l'habitat, nous allons pouvoir commencer notre nouveau travail ! enfin !!

vendredi, 7 août 2009

Bientôt fermée.

Les huisseries sont arrivées il y a une 15aine de jours. Thierry a passé de longues heures à lasurer avant la pose des vitres.

blog_008.jpg

Enfin, le grand jour est arrivé et la première fenêtre a été posée hier. Nous avons du partir avant la fin de la pose, mais quand nous retournerons à la ferme, il devrait y avoir au moins une porte en plus.

pose_fenetre.jpg Pendant ce temps, nous nous occupons de l'électricité. Il manque toujours un petit quelque chose qui nous empêche d'avancer, mais nous avons la chance, avec les doubles cloisons de pouvoir passer assez rapidement les gaines dans les murs! Nous pouvons donc préparer tous les raccordements (prises, interrupteurs...) et il n'y aura "plus qu'à" raccorder au compteur! Pour cela nous attendons les conseils de personnes ayant plus de compétences pour ne pas faire d'erreurs!

jeudi, 23 juillet 2009

Nouveau pensionnaire

Depuis que nous savons que nous avons une ferme, nous avons décidé de tenir les promesses faite à nos filles: avoir un chat. Finalement, nous avons deux chattes. Il parait que les femelles sont plus chasseuses que les mâles et leur travail à la ferme sera de supprimer les indésirables.

Lune

Digital Camera

Mardi dernier, nous avons adopté mAus, un border collie, qui deviendra un assistant dans la gestion du troupeau.

mAos_001.jpg

Son éducation doit être prise très au sérieux pour que le travail soit possible. Pour commencer, il ne rentre pas à la maison ! d'ailleurs les chattes ne l'apprécient guère. Il est adorable. Il semble que ses premiers maitres lui ai donné de bonnes bases. Enfin, voilà, bientôt la vache et quand nous aurons les clôtures, les chèvres!

jeudi, 9 juillet 2009

Couture au carton

J'ai commencé à vider le bureau-pièce de couture... Je garde ma machine à coudre pour le cas où. Mais maintenant, tous mes tissus et patrons sont empaquetés. Je pense que je n'aurai pas le temps de reprendre la couture avant un bon moment.

J'ai même demandé à ma maman de me coudre une ou deux robes pour l'été et pourtant j'aime bien faire moi même. Mais là, pas le temps de faire les soldes de tissus.

Je me réserve tout de même un peu de temps pour broder un cadeau de naissance, le soir, quand j'ai envie de me reposer. Mais chut, c'est une surprise....

Photo: après la naissance.....sinon il n'y a plus de surprise.

Ajout de septembre2009: Ca y est .... bienvenue à Yuna et félicitation à la grande famille!! yuna.jpg

mercredi, 8 juillet 2009

Record

Thierry vient de passer 2 nuits de suite à La Frette.

Pendant ce temps, j'ai fais visiter la maison , (évènement toujours précédé par quelques heures de ménage), préparé quelques conserves avec les légumes du jardin.

J'ai taillé les tomates qui commençaient à devenir sauvages et ai du sacrifier quelques fruits verts, sitôt transformés en confiture. Rien ne se perd....

tomate_verte_2.jpg cuisson confiture Il serait temps maintenant de remplir quelques cartons!!

mardi, 7 juillet 2009

La maison

Puisque cette catégorie a été créée pour moi, je vais essayer de venir régulièrement raconter notre vie de famille.

Nous quittons donc à la fin du mois d'août notre maison en Cote d'Or, pour habiter La Frette. Pas question de commencer l'école dans un autre établissement. Les enfants refusent l'idée de déménager en cours d'année.

Pour moi, l'urgence des prochaines semaines sera de leur préparer des chambres propres, même si elles ne sont pas finies. Les fenêtres devraient être posées au début du mois de d'aout. En attendant, Thierry s'occupe de répartir l'électricité dans toutes les pièces. Pour cela, il a du dégager l'épaisse poussière du grenier et ses pelotes de réjection, pour pouvoir retirer le plancher sous lequel les câbles passeront. De mon coté, je retire le vieux sol plastifié typique des année 70, la couche de colle et de ragréage, pour mettre au jour les tomettes d'origine. Les murs sont couverts de papiers qui se décollent assez biens. Après un bon lessivage du sol, des murs et du plafond, je prévois de donner un rapide coup de peinture pour rendre les pièces agréables.

C'est en cela que mes vues diffèrent le plus de celles de Thierry. Puisqu'il va falloir refaire des trous pour l'électricité, le chauffage(plus tard), reboucher les premiers trous et peindre apparaissent comme des finitions dont nous sommes loin.

Mais pour moi, je crée un lieu agréable pour que les enfants puissent s'installer.

Heureusement, comme d'habitude, je suis libre de gérer tout cela à ma façon. Pendant que je laisse à Thierry toutes les taches les plus pénibles, je me fais plaisir à redonner à la maison un petit air (presque) habitable!

lundi, 6 juillet 2009

Différence.

Je profite de l'absence de mon homme, parti travailler à la ferme, à notre ferme, pour mettre les choses au clair. Si effectivement, nous n'avons pas la même vision de la gestion des semaines à venir, je suis persuadée que cela n'est pas un problème. Bien au contraire, je peux me reposer sur Thierry pour gérer le long terme et prendre en charge beaucoup de démarches que j'aurais tendance à laisser trainer.

Loin du fardeau, très très loin! Cela me permet de me concentrer sur toutes les petites choses de la vie quotidienne. Nous nous complétons ainsi depuis 20 ans!

- page 1 de 2